Copyright © 2015 De-Colonizer: Research / Art Laboratory for Social Change. All rights reserved. 

 

 Robben Island

 

Eitan Bronstein Aparicio

Une contribution à l'ouvrage collectif Borrowed Syndrome dirigé par Einat Leader et David Goss

Le 5 décembre 2013, Nelson Mandela mourrait.
Il m'a fallu quelques instants pour réaliser que les funérailles de cet homme seraient suivies par un nombre impressionnant de personnes à travers le monde – des personnes dont la tristesse était profondément sincère et non de circonstance. Je l’ai compris intellectuellement, mais ne l’ai pas vécu dans ma chair. Mandela représente un angle mort dans ma politisation.
Ma compagne, Eléonore, elle, pleurait pendant les funérailles. Je l’ai envié.

Il y a quelques années, je me suis rendu à Cape Town avec un groupe d’IsraélienNEs et de PalestinienNEs. Nous y sommes alléEs pour comprendre l’apartheid et saisir ses conséquences. Nous avons également visité Robben Island où se trouve la prison dans laquelle Mandela et ses compagnons de lutte ont été emprisonnés. Ce fut très intéressant. Mais, malgré l’envergure et le parcours de l'homme, je n’étais toujours pas transporté. Aujourd’hui, je comprends pourquoi.
Durant l’apartheid en Afrique du Sud, j’ai grandi en Israël. Israël a été le dernier pays à entretenir des relations étroites avec ce régime raciste. Je me souviens, comme si c’était hier, des matchs de tennis entre la puissance africaine et nos joueurs bien aimés.

 

La vérité sur l’apartheid m’est apparue plus tard, il y a quelques années. Et, j'ai alors réalisé l’étendue de sa cruauté en comprenant, même si chaque régime politique possède ses spécificités, qu’Israël a établi un apartheid.
Eléonore m’a raconté que la première manifestation à laquelle ses parents l’a amenée fut en soutien à Mandela et pour réclamer la fin de l’apartheid. Enfant, elle se souvient du jour de sa libération comme un magnifique moment de fête. C’est son premier souvenir politique.
Ce jour n’existe pas pour moi. Il a été étouffé par l’indécence de la collaboration avec le régime blanc d’Afrique du Sud.

À l’avenir, beaucoup de personnes dans le monde se souviendront avoir soutenu le régime israélien tout en s’opposant à un régime similaire en Afrique du Sud, tous deux établi la même année : 1948.

Traduction en français: Chloé Le Goüez